L’assurance-vieillesse et survivants (AVS)

En Suisse, le système de prévoyance repose sur plusieurs piliers. Parmi les nombreuses prestations offertes par ces différents piliers, la plus importante reste l’assurance-vieillesse et survivants (AVS). L’AVS a pour devoir de garantir le minimum vital en cas de perte de revenu liée à la vieillesse ou au décès, celle-ci verse diverses prestations aux personnes âgées ou au survivants (rente de vieillesse ou rentes de veufs ou d’orphelins). La rente de vieillesse est octroyée pour les femmes à partir de l’âge de 64 ans et 65 ans pour les hommes. En ce qui concerne la rente de survivants, celle-ci s’adresse aux veufs ayant des enfants, jusqu’à la majorité, au moment de la mort de leur compagnon.

Qui a droit à l’AVS ?

Les prestations varient selon le niveau du revenu obtenu auparavant, ainsi que la durée des cotisations. Elles reposent sur le principe de la répartition, à travers laquelle les actifs financent les rentes de ces personnes. Toute personne domiciliée en Suisse ou y travaillant est forcément rattachée à l’AVS. Les cotisations des salariés sont versées par les deux partis, les employeurs payent une moitié et les employés l’autre. En ce qui concerne les personnes sans activité lucrative, elles sont également obligées de payer des cotisations, qui sont calculées en fonction de leur condition sociale. Les cotisations des personnes salariées s’élèvent à 8.4% du salaire et, pour les indépendants, ce taux varie entre 4.2% et 7.8%.

Quel est le montant de la rente AVS ?

Le montant de la rente AVS dépend de deux facteurs : la durée de cotisation et du revenu moyen. Afin de pouvoir bénéficier d’une rente complète, il faut avoir cotisé pendant 44 ans. Les assurés qui présentent une lacune de cotisation n’ont droit qu’à une rente partielle. Elle est réduite de 1/44 par année de cotisation manquante. Le revenu annuel moyen, lui, est calculé d’après plusieurs outils. Dans un premier temps, la somme des revenus est d’abord recalculée selon l’évolution des salaires et des prix, puis divisée par le nombre d’années de cotisation. Certaines bonifications viennent s’y ajouter, comme la bonification pour tâches éducatives ou les tâches d’assistance. Les rentes sont octroyées selon des barèmes bien précis. Pour le calcul de la rente des personnes mariées, tous les revenus sont additionnés et attribués puis sont divisés par deux pour chacun des conjoints.

Publié dans