D’où vient le système de prévoyance suisse ?

Bien que le système de prévoyance basé sur trois piliers nous semble aujourd’hui ordinaire, il faut évidement savoir que celui-ci a une longue histoire derrière lui. A la fin du dix-neuvième siècle, et au début du vingtième, plusieurs évolutions démographiques ont vu le jour dans notre pays, ce qui a suscité de nombreux débats sur la prévoyance sociale.

Une évolution démographique demandant un bon système de prévoyance

Le besoin auprès des personnes âgées ne cessait de croître et l’on devait intervenir auprès de celles-ci pour toute question liée à la retraite, mais également à celle de la maladie et de l’invalidité. Le système de prévoyance devait à tout prix être modifié, mais plusieurs options apparaissaient possibles, fallait-il mettre en place une assurance vieillesse national ou établir un soutien ponctuel par l’état. Quelle couche sociale bénéficierait-elle de caisses de retraite et de quelle manière ? Suite à la première guerre mondiale, toutes questions de politique sociale deviennent importantes et pour les travailleurs la création d’une assurance vieillesse allait de soi. En 1939, les allocations pour perte de gain pour les soldats sont très appréciés et les personnes âgées souffrent également du sous-approvisionnement dus aux années de guerre. Quelques années plus tard, en 1947 le peuple vote pour l’AVS.

La naissance du système des trois piliers

L’AVS venait s’ajouter à différents systèmes de retraite qui existaient déjà, c’est ce qui lui a valu son succès, car elle permettait une autonomie totale et un développement de la prévoyance privée. Entre 1951 et 1975, plusieurs révisions de l’AVS ont eu lieu, puisque le salaire moyen dans différents secteurs et les déductions salariales avaient augmenté. C’est à ce moment-là que le système des trois piliers a vu le jour. Le Conseiller fédéral, Hans Peter Tschudi, met en place un projet de loi sur le système social actuel et celui-ci sera approuvé par le peuple le 3 décembre 1972. C’est une dizaine d’années plus tard, que la prévoyance professionnelle vieillesse survivants et invalidité, nommé aujourd’hui la LPP, rentre en jeu. La structure des trois piliers représente les échanges entre trois niveaux, à savoir les prévoyances étatiques, professionnelles et privées.

Des changements sont-ils nécessaires ?

Depuis 1985, il n’y a plus eu de grandes modifications au niveau du système social helvétique, bien que des révisions apparaissent régulièrement. Face aux changements de la société, il est primordial de pouvoir s’adapter et de réévaluer les besoins fondamentaux, afin de s’assurer que la sécurité sociale réponde aux demandes de la population.

Publié dans